La Commission européenne a ouvert une enquête sur le scandale des pièces détachées automobiles

Par

À la suite des révélations de Mediapart et de l’EIC, la direction générale de la concurrence de la Commission européenne a ouvert une enquête sur une possible entente en matière de hausse des prix des pièces détachées automobiles, visant le cabinet de conseil Accenture et plusieurs constructeurs automobiles, dont Renault et PSA. Les entreprises concernées démentent formellement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles s’est saisi du scandale de la hausse des prix des pièces détachées automobiles. Selon nos informations, la direction générale de la concurrence de la Commission européenne, chargée de réprimer les cartels et les ententes sur les prix en Europe, a ouvert en décembre dernier une enquête fondée sur les documents CarLeaks, révélés au printemps 2018 par Mediapart et ses partenaires du réseau European Investigative Collaborations (EIC)