La BNP à nouveau accusée de tromperie sur ses prêts toxiques

Par

L'association de consommateurs CLCV vient de se constituer partie civile contre une filiale de la banque, au nom des emprunteurs ayant contracté un crédit en francs suisses, mais remboursable en euros. L'avocat qui les représente assure que la filiale savait que le cours du franc suisse allait s'envoler. L'établissement financier se défend de toute malhonnêteté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

BNP Paribas a un nouveau, et sérieux, adversaire. L’association de défense des consommateurs CLCV a annoncé ce jeudi qu’elle se constituait partie civile dans le cadre de l’information judiciaire en cours contre la banque. La juge Claire Thépaut enquête sur le crédit immobilier Helvet Immo, ce prêt toxique en francs suisses, mais remboursable en euros, commercialisé par des intermédiaires financiers de BNP Paribas entre mars 2008 et décembre 2009. 4 600 clients l’ont souscrit auprès de la banque, et, comme nous l’avons longuement expliqué, vivent depuis sous la menace du taux de change entre l’euro et le franc suisse, qui ne cesse de se dégrader depuis 2008. Deux autres établissements, le Crédit mutuel et le Crédit agricole, ont vendu des produits similaires, mais à une échelle bien moindre (environ 1 500 clients à eux deux), et le second a récemment été condamné pour l’avoir fait.