À la fonderie MBF de Saint-Claude : « L’État nous a condamnés »

Par et

Le tribunal de commerce de Dijon a prononcé mardi 22 juin la liquidation de la fonderie MBF, après avoir refusé la seule offre qui avait été présentée mais qui n’avait pas le soutien de l’État. 300 emplois vont être supprimés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« L’État nous a condamnés. » En larmes, le délégué CGT Nail Yalcin a annoncé la fin de la fonderie MBF de Saint-Claude (Jura) à la trentaine de salariés qui s’étaient déplacés à Dijon, mardi 22 juin. Le tribunal de commerce venait de prononcer la liquidation de l’entreprise. Sa disparition entraînera la suppression des 270 postes en CDI et « met au total 300 emplois sur le carreau »,  en ajoutant intérimaires et CDD, selon Saverio Vadala, représentant de l’intersyndicale CGT-CFDT-SUD de l’entreprise, cité par l’AFP.