Notre série: entreprise menacée, territoire en danger

Elles ont marqué des territoires, rythmé la vie des villes, des écoles, des commerces parfois pendant des décennies. Puis brusquement, tout s’écroule. Un plan social, une fermeture, des licenciements en masse... Toute la ville, tout l’écosystème bâti autour d’une usine, d’une entreprise, risquent de s’effondrer. Alors que la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 s’installe, focus sur ces plans sociaux qui se transforment en catastrophes locales.

Figeac décroche avec la crise de l’aéronautique

Par
Atelier de fabrication de pales pour les ATR à l'usine Ratier. © Pascal Pavani / AFP Atelier de fabrication de pales pour les ATR à l'usine Ratier. © Pascal Pavani / AFP

La crise de la filière malmène la ville du Lot et sa région. Des intérimaires sont privés de travail depuis des mois et des PME licencient à bas bruit. Les effets en cascade restent en partie cachés par le confinement. Figeac cherche les moyens de résister.

A Rodez, tous unis derrière Bosch et le diesel

Par
L'usine d'Onet-le-Château et la cathédrale de Rodez. © José A. Torres / AFP L'usine d'Onet-le-Château et la cathédrale de Rodez. © José A. Torres / AFP

Les nuages s’accumulent pour l’usine qui fabrique exclusivement des composants de moteurs Diesel, premier employeur privé de l’Aveyron. Salariés et élus se démènent pour trouver de nouvelles activités, mais craignent que le groupe allemand décide de tirer le rideau.

Dans l’Yonne, les 141 futurs licenciés de SKF résistent encore

Par
Franck Charretier et Hamou Sahmou feront partie des 141 licenciés de SKF à Avallon. Tous les deux doivent rester sur la commune pour des raisons familiales et craignent de se retrouver au chômage, dès que l’usine fermera ses portes. © KZ / Mediapart Franck Charretier et Hamou Sahmou feront partie des 141 licenciés de SKF à Avallon. Tous les deux doivent rester sur la commune pour des raisons familiales et craignent de se retrouver au chômage, dès que l’usine fermera ses portes. © KZ / Mediapart

À Avallon, l’usine du leader mondial du roulement mécanique va fermer et laisser sur le carreau ses 141 salariés. Leur combat est celui de toute une ville, rurale et populaire, contre une multinationale suédoise qui affiche pourtant de bons résultats.

A Clermont, Michelin licencie mais garde son «emprise»

Par
Sur le site de Cataroux. © D.I. Sur le site de Cataroux. © D.I.

Quand le géant du pneu annonce la suppression de 2 300 postes en trois ans, son berceau du Puy-de-Dôme retient son souffle. Toujours influente dans la ville, Michelin y a divisé par trois en 40 ans le nombre de ses salariés.

Dans le Jura, «si la fonderie MBF ferme, ce sera un drame»

 © Mediapart © Mediapart

L’entreprise, qui produit des pièces pour des moteurs Renault ou Peugeot, est en redressement judiciaire. Son sort sera scellé le 11 mai. Depuis des mois, c’est toute la fonderie automobile française qui souffre. Reportage vidéo.