A Clermont, Michelin licencie mais garde son «emprise»

Par

Quand le géant du pneu annonce la suppression de 2 300 postes en trois ans, son berceau du Puy-de-Dôme retient son souffle. Toujours influente dans la ville, Michelin y a divisé par trois en 40 ans le nombre de ses salariés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).– Quelques mots à peine prononcés et les nuages s’accumulent, aussi noirs que la pierre dont est faite la cathédrale symbole de la ville. Le 6 janvier, Michelin a présenté un « plan de simplification et de compétitivité » qui prévoit de supprimer jusqu’à 2 300 postes en trois ans en France. Le plan, qui projette de gagner 5 % de compétitivité par an d’ici à 2024, va frapper durement l’Hexagone où Bibendum comptait en juin dernier 18 800 salariés (auxquels s’ajoutent 2 650 personnes dans des filiales, comme Euromaster, non concernées par les suppressions de postes).