L'Eurogroupe bloque la Grèce: «C'est un passage en force injuste et exagéré»

Par

Le 14 décembre, l’Eurogroupe a décidé de geler les mesures d’allègement de la dette grecque décidées dix jours plus tôt par les créanciers du pays. Le député européen Dimitris Papadimoulis nous éclaire sur ce nouveau blocage, où FMI d’un côté et Allemagne et Pays-Bas de l’autre sont à la manœuvre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les nouvelles pressions exercées par l’Eurogroupe à l’égard de la Grèce n’ont pas fonctionné : le gouvernement Tsipras a fait voter ces derniers jours la « prime de Noël » – une allocation exceptionnelle à destination des retraites inférieures à 850 euros –, ainsi que le gel de la hausse de la TVA sur les îles concernées par l’arrivée des réfugiés. Le 14 décembre, l’Eurogroupe avait prévenu que ces projets de loi entraîneraient la suspension des mesures d’allègement de la dette grecque.