Le fisc réclame 288 millions d’euros à Seita

Par

Le cigarettier, ex-compagnie publique, se voit reprocher d'avoir minimisé en 2012 le prix de la vente d’une filiale à une autre société de sa maison mère, Imperial Tobacco. Une majoration de 40 % pour « manquement délibéré » a été demandée à l’entreprise, qui est par ailleurs extrêmement profitable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’ici, l’entreprise avait réussi à garder sous le boisseau l’information, assez embarrassante il est vrai. Depuis novembre 2015, le fisc réclame 288 millions d’euros à Seita, le fabricant français de tabac, filiale du groupe britannique Imperial Brands. La somme est très importante : elle représente un peu plus que le résultat net de l’entreprise, qui s’est élevé à 268 millions d'euros en 2015.