Pour Wolfgang Streeck, mondialisation et démocratie sont incompatibles

Par

Dans son dernier ouvrage paru en allemand en juillet, le sociologue de l’économie Wolfgang Streeck explore les blocages du monde post-néolibéral. Pour lui, l’alternative se situe entre une mondialisation de plus en plus autoritaire et un ensemble confédéral de petites démocraties.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les livres du sociologue allemand Wolfgang Streeck sont désormais des classiques de la critique de l’ordre néolibéral. Avec Du temps acheté (publié en allemand en 2013 et traduit en français chez Gallimard en 2014), puis avec Comment le capitalisme va-t-il finir ? (publié en 2015 et traduit en anglais en 2016, non traduit en français), il avait dressé les grandes lignes de l’économie politique de notre temps, celui d’un capitalisme vieillissant soumis à des forces de destruction économico-politiques et qui ne survit que par des expédients comme la politique monétaire.