A Grenoble, la métropole veut empêcher la vente de la clinique mutualiste

Par Florian Espalieu

En préemptant les bâtiments de la clinique mutualiste de Grenoble le 18 janvier, Grenoble-Alpes Métropole s’oppose frontalement au repreneur de la structure, le groupe Doctegestio. Une opération qui interroge sur l’évolution du monde mutualiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Ce patrimoine est notre histoire, c’est notre territoire. » Solennel, Christophe Ferrari, président de la Grenoble-Alpes Métropole, a annoncé le 18 janvier la préemption des murs de la clinique mutualiste. « Une action de résistance inédite » pour la collectivité, qui s’oppose à la cession de cet établissement de santé privé d’intérêt collectif (Espic), c’est-à-dire une clinique à but non lucratif.