La rigueur budgétaire est à l'ordre du jour

Par

Bruno Le Maire a annoncé des « économies très concrètes » dès 2017. Une volonté de sabrer dans les dépenses malgré les coûts macroéconomiques, qui a pour ambition de restaurer la « confiance » de l'Allemagne. La conversion du gouvernement aux orientations de la droite se confirme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La politique économique du deuxième gouvernement d’Édouard Philippe se dessine de plus en plus précisément. Samedi 24 juin, le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire (qui vient officiellement, lors du remaniement, de « récupérer » les Finances), a donné le ton dans une interview au Figaro. Deux priorités sont affichées. D’abord, la réforme du droit du travail, qui devrait être finalisée à la fin de l’été. Ensuite, la consolidation budgétaire, qui a désormais la primauté sur d’autres promesses.