Biennales, fin de partie?

Par

Alors que foires et les grands salons d'art sont reportées ou annulées sous l’effet du Covid-19, des voix se font entendre pour en finir avec ces grands-messes culturelles polluantes et trop insérées dans l’économie de marché. Et plaident pour une démondialisation des arts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face à l’ampleur de l’épidémie en Italie, la Biennale d’architecture de Venise, l’une des manifestations culturelles les plus prestigieuses de la péninsule, a réagi dès le 4 mars : elle a reporté son ouverture de trois mois, au 29 août. L’ouverture de l’événement, confié cette année aux soins de l’architecte libanais Hashim Sarkis, sera donc amputée de moitié, dans sa durée.