Mathilde Auvillain: en Europe du Sud, la crise est encore là

Par

Dans Visages de la crise. Nous gens du sud, pauvres et fainéants, quatre journalistes installées en Italie, en Espagne, au Portugal et en Grèce décrivent ces sociétés emportées par la crise, à travers une série de portraits sensibles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2010, lorsque la crise financière commence à gagner l'Europe, un sigle malheureux se propage, en anglais : les « PIIGS » – pour Portugal, Ireland, Italy, Greece, Spain. Il signifie, littéralement, « porcs ». Très vite, l'Irlande se relève et l'appellation désigne ces pays d'Europe du Sud emportés par la crise, accusés d'être dépensiers, profiteurs, irrespectueux des règles européennes… Bref, les cures d'austérité qu'on leur impose, ils les avaient bien méritées. Dans Visages de la crise. Nous gens du sud, pauvres et fainéants, la journaliste Mathilde Auvillain accompagnée de trois consœurs prend le contre-pied de ce préjugé aux forts relents racistes. À quatre, elles partent à la rencontre de ces Européens qui luttent, chacun à leur manière, pour s'en sortir.