Ardelaine: comment les fondateurs d’une coopérative ont passé la main aux salariés

Par Lucie Tourette

Née à la fin des années 1970 en Ardèche, la coopérative lainière Ardelaine continue d’attirer des personnes qui veulent travailler autrement. À l’heure où ses membres fondateurs partent à la retraite, comment s’est organisée la transmission ? Quelles sont les aspirations des nouveaux salariés-coopérateurs, bien décidés à conserver l'originalité d'un mode de vie et de travail ? Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Saint-Pierreville (Ardèche), de notre envoyée spéciale.- « Vous allez recevoir votre retraite le 20 juillet. » En cette fin d'après-midi d'été, Béatrice Barras, 66 ans, lit à voix haute le SMS qu'une caisse de retraite lui a envoyé. Ses collègues et amis réunis autour d'une bière bio locale sourient. Il faut dire que l'ex-directrice de la Scop (société coopérative de production) Ardelaine n'a pas eu une journée de retraitée : ce midi, elle prêtait main-forte à l'équipe de service du restaurant, avant de passer l'après-midi à désherber le parking du musée.