Merkel impose un super-Maastricht à l'Europe

Par et

Les chefs d'Etat et de gouvernements européens ont abouti, lundi soir, à un nouveau traité sur la conduite de la zone euro. Ce « pacte budgétaire », écrit sous la dictée de la chancelière allemande, est bien plus contraignant que le traité de Maastricht. Rigueur et coercition en sont les maîtres mots.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A la fin de sa conférence de presse éclair, lundi soir à Bruxelles, Nicolas Sarkozy a reconnu sa déception : il ne parviendra pas à faire ratifier en France, avant l'élection présidentielle d'avril, le « pacte budgétaire » que les chefs d'Etat européens viennent de finaliser. Les délais sont trop serrés, a estimé le président. « Cela ne me semble pas raisonnable. Ce n'est pas une finesse politique ou une argutie politique, c'est tout simplement que le Parlement, en pleine campagne, ne sera pas réuni », a-t-il expliqué. Avant de préciser que le texte, bien sûr, finirait bien par être adopté un jour en France... (l'intégralité de sa conférence de presse est ici).