A trois mois des européennes, Nicolas Dupont-Aignan s’allie aux droites dures

Coincé entre Les Républicains et le Rassemblement national, le président de Debout la France a annoncé jeudi 28 février qu’il rejoignait le groupe des Conservateurs et Réformistes européens, la troisième force du Parlement de Strasbourg. À l’approche des élections européennes, le paysage commence à se clarifier, pour la droite de la droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Merci d’être venus très nombreux à Paris pour la présentation de notre coalition, de notre belle alliance. » Dans les salons des jardins de Saint-Dominique, où il reçoit à quelques pas de l'Assemblée nationale à Paris, ce jeudi 28 février, vingt-quatre représentants du groupe des Conservateurs et des Réformistes européens (ECR, le troisième groupe au Parlement européen par le nombre d'élus), le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan jubile. Celui dont le parti peine en France à trouver son positionnement, coincé entre Les Républicains (LR) et un Rassemblement national (RN) hégémonique à la droite de la droite, peut se targuer d’avoir rejoint un groupe qui pèse aujourd’hui au Parlement européen.