Sarkozy acte II : la république identitaire

Avant même le congrès du 30 mai, le patron de l’UMP a fait accepter par les militants le nouveau nom des “Républicains”. Un symbole de la stratégie défensive adoptée par l'ancien président, à rebours de sa campagne de 2007, estime le quotidien suisse Le Temps.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avant même le congrès du 30 mai, le patron de l’UMP a fait accepter par les militants le nouveau nom des “Républicains”. Un symbole de la stratégie défensive adoptée par l'ancien président, à rebours de sa campagne de 2007, estime le quotidien suisse Le Temps. « La rupture n'est plus à l'ordre du jour », analyse le journal suisse.