Nicolas Sarkozy revient... comme avant

Par

L'ancien président a conclu ce samedi 2 juillet le dernier conseil national de LR (ex-UMP) avant la primaire. Pas encore candidat, mais déjà en campagne, il renoue avec ses marottes légendaires et profite des crises sociale et européenne pour imposer l’idée d’un retour en force.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les sondages, c'est un calcul dans un bocal, ça ne veut rien dire. » Début décembre, Nicolas Sarkozy ne manquait pas d'imagination pour dénigrer les enquêtes d’opinion qui le donnaient au plus bas. Lui, le grand consommateur d’études en tout genre – l’Élysée en a commandé pour 7,5 millions d’euros durant son mandat –, faisait mine de se désintéresser du sujet. Six mois et un frémissement des indices de popularité plus tard, il change de discours. « Les sondages ne nous intéressent pas, sauf quand ils montent à l’insu de notre plein gré », assume l’un de ses proches.