Une direction accusée, une rédaction brisée : l’enquête qui met le feu au « Canard enchaîné »

Accusée d’avoir rétribué durant vingt-quatre ans la compagne d’un dessinateur historique pour un emploi fictif, la direction du « Canard enchaîné » plaide « un montage un peu acrobatique », mais dément toute fraude. Depuis son manoir dans l’Orne, le couple en cause assure qu’ils ont « travaillé ensemble », tandis que la rédaction se déchire publiquement. La police, elle, enquête. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La direction du Canard enchaîné a-t-elle commis l’irréparable ? L’annonce par Le Monde et Radio France de l’ouverture d’une enquête judiciaire pour « abus de biens sociaux » et « recel », visant le possible emploi fictif pendant plus de 20 ans de la compagne du dessinateur et administrateur historique du Canard enchaîné, André Escaro, a fracturé comme jamais cette semaine l’équipe du journal satirique.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal