La justice met son nez dans le classement des grands crus de Saint-Emilion

Par

Deux gros viticulteurs du Bordelais viennent d’être mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » : la justice les soupçonne d’avoir fait modifier le classement des grands crus de Saint-Émilion à leur profit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire est amenée à déclencher d'importantes secousses dans le milieu du vin. Selon des informations obtenues par Mediapart, deux acteurs majeurs du monde viticole implantés à Saint-Émilion (Gironde) viennent d'être mis en examen par la juge d'instruction Clémentine Chovin, du tribunal de grande instance de Bordeaux. Hubert de Boüard, 62 ans, copropriétaire du château Angélus et œnologue consultant, a été mis en examen le 18 septembre pour « prise illégale d'intérêts ». Philippe Castéja, 69 ans, propriétaire du château Trottevieille et important négociant, l'a été le lendemain.