La colonisation des sommets de l’Etat par la finance s’accélère

Par

Nouvelle illustration de la consanguinité entre Bercy et le monde de la finance : la patronne de la Fédération bancaire française, Marie-Anne Barbat-Layani, est nommée secrétaire générale des ministères économiques. Le porte-parole du lobby bancaire qui lui succède est le haut fonctionnaire qui fut chargé de défendre le projet de taxe Tobin à Bruxelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont deux informations qui, à première vue, n’ont guère d’intérêt et méritent juste de figurer dans le « carnet » des nominations, tenu par la presse économique : par un communiqué publié jeudi, la Fédération bancaire française (FBF) a annoncé que sa directrice générale, Marie-Anne Barbat-Layani, a demandé à être « déchargée de ses responsabilités » pour voguer vers de nouvelles aventures – elle va devenir secrétaire générale des ministères économiques et financiers, c’est-à-dire de Bercy. Et le puissant lobby bancaire précise que Benoît de La Chapelle Bizot, actuel directeur général délégué de la FBF, est nommé par le comité exécutif de la FBF directeur général par intérim.