Pierre Joxe a encore soif de justice

Par

Dans son dernier essai, l'ancien ministre de François Mitterrand, devenu avocat, dresse un constat accablant de l'état des diverses juridictions sociales. Il appelle à de profondes réformes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au sein d’une justice déjà bien mal dotée, elle fait figure de parent pauvre. La justice sociale, appellation théorique qui regroupe une nébuleuse de structures éparses et hétérogènes (209 conseils des prud’hommes, 115 tribunaux des affaires de sécurité sociale, 102 commissions départementales d’aide sociale, 21 tribunaux du contentieux de l’incapacité, et la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées), souffre dans l’indifférence générale d’un grave manque de moyens.