À l’université, la lutte contre les violences sexuelles reste un sport de combat

À l’université Jean-Jaurès de Toulouse, une récente accusation de harcèlement révèle les obstacles dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles : poids des structures hiérarchiques, importance des enjeux de pouvoir, œillères corporatistes et division du travail défavorable aux femmes…

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Toulouse (Haute-Garonne).– Septembre 2019. B.*, doctorante en anthropologie et enseignante vacataire à l’université Toulouse Jean-Jaurès (UT2J), se trouve dans le bureau de Y.*, son directeur de thèse qui a toujours « survalorisé » son travail.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal