A Paris, l'union de deux collèges divise parents et enseignants

Par

Destiné à favoriser la mixité sociale, un projet de rapprochement entre deux collèges du même quartier, dans le XVIIIarrondissement de Paris, suscite la désapprobation d'une partie des parents, qui le jugent mal pensé. Mais pour ses défenseurs, la réticence du camp adverse est en réalité due à un refus de mélanger les enfants. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devant la foule agglomérée, un homme invective les parents réunis devant la mairie du XVIIIe arrondissement pour leur dire que leur manifestation est une honte. Le sexagénaire leur reproche de ne pas vouloir agir concrètement en faveur de la mixité sociale. Ils sont environ quatre-vingts à protester sur le parvis, dans le froid, le jeudi 26 janvier au soir. Ils refusent le projet de mixité scolaire proposé par les pouvoirs publics. Hélène, parent d’élève du collège Antoine-Coysevox, serre sa pétition contre elle. La mère de famille demande à l’intrus de baisser le ton et réfute ses accusations. Cette scène est révélatrice de ce qui se noue dans le quartier depuis deux mois. Les antagonismes se révèlent béants entre les deux camps, à savoir les opposants et les partisans du projet.