France

Entre 5 et 10 millions de Français vivent en zone inondable

L'implantation humaine dans les zones à risque d'inondation augmente. Faut-il interdire la construction de logements en zone inondable? Pas sûr: c'est tout le système de gestion des risques qu'il faut repenser, dans le contexte de la crise climatique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Pour se protéger des ravages causés par les tempêtes, faut-il interdire la construction de logements en zone inondable? C'est ce que demande, parmi d'autres, Philippe de Villiers, président du conseil général de Vendée: «Il faut être raisonnable et construire à des distances plus importantes» de la mer. Au lendemain du déferlement de Xynthia, l'urbanisation des zones à risque est mise en cause. Pourtant, il existe déjà tout un arsenal juridique de protection des terres (plans de prévention du risque inondation, plans d'occupation des sols...). Mais la gestion du risque des inondations appelle une réflexion plus générale sur le coût de la prévention des catastrophes naturelles et des accidents climatiques. Cette démarche est encore assez récente en France, contrairement à d'autres pays.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA