Dans le Gard, Olivier Faure tente de ranimer un PS aux abois

Par

Conscient de la faiblesse du parti – « dans sa forme actuelle, le PS est mort » –, le patron des députés socialistes propose aux militants que le congrès d'avril ne soit pas « un terminus mais un démarrage ». Reportage à Nîmes, avec l’un des quatre candidats au poste de premier secrétaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nîmes (Gard), envoyé spécial.Ne dites pas à l'entourage d’Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, président du groupe socialiste à l’Assemblée et candidat au poste de premier secrétaire du PS, qu’il est le favori de cette élection. On vous répondra que « les favoris, ces derniers temps, ont tendance à passer un sale quart d’heure dans les urnes ». « On est tous des challengers, car on est dans un parti qui a fait 6,36 % », répond quant à lui l’intéressé.