Au cabinet médical de Souppes-sur-Loing, « on refuse tous les jours des patients »

Par

La moitié de la Seine-et-Marne a dépassé le seuil critique de la désertification médicale : des habitants, y compris les plus malades, ne trouvent plus de médecin. La commune de Souppes-sur-Loing, acculée, est prête à dépenser 1 million d’euros pour attirer de nouveaux praticiens, même si la santé n'est pas dans les compétences municipales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au bar “La République”, sur la place du même nom (qui, en réalité, est celle de l’église), il faut se méfier des apparences : « Vous tombez bien, j’ai quelque chose à dire. Mon médecin est parti à la retraite. Depuis, impossible d’en trouver un nouveau. On a fait tout l’annuaire, appelé tous les médecins à 20 kilomètres à la ronde. Tous sont surchargés. Les urgences de Nemours, c’est zéro, il faut attendre des heures. Pour nos deux enfants, on est obligés d’aller chez le pédiatre à Fontainebleau, à 45 minutes de route », se désole Céline Rigault.