Les urgentistes promettent un été de mobilisation

Par

Les urgentistes poursuivent leur mobilisation, qui devrait survivre à l’été. Les 70 millions d’euros promis par la ministre de la santé leur paraissent largement fictifs. Si Paris a gagné des effectifs, les hôpitaux de province n’ont presque rien obtenu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont les CRS qui ont mis fin à la nouvelle manifestation du collectif Inter-Urgences, mardi 2 juillet à Paris, devant le ministère de la santé. Ils ont extrait de la foule les membres du collectif, qui se piquaient avec des seringues d’insuline. Cette hormone est utilisée par les diabétiques pour faire baisser leur glycémie. À forte dose, l’insuline conduit à l’hypoglycémie, et potentiellement au décès. Un peu plus tôt dans l’après-midi, ils s’expliquaient ainsi sur ce geste. « On veut leur dire qu’on n’est pas dupes, que ce qu’ils disent ne sert à rien, dit Orianne Plumet, infirmière à la Pitié-Salpêtrière. C’est plus possible ces morts évitables aux urgences, cette déshumanisation des soins. Pour qu’ils prennent la mesure du problème, on va faire ça sous leurs yeux. »