Chloroquine et «French protocol»: l’image ternie de la recherche médicale française

Par

La gestion de la crise du Covid-19 a été parasitée par la controverse sur la chloroquine. La probabilité de trouver rapidement un médicament efficace contre ce nouveau coronavirus était en réalité presque nulle. La recherche médicale française sort humiliée et divisée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est tout le problème avec le professeur Didier Raoult : il est aussi capable de saillies brillantes, comme ce 24 juin devant la commission d’enquête sur le Covid-19 : « Tout était bizarre dans cette maladie, a-t-il expliqué aux députés. Il fallait l’étudier pour comprendre le traitement. » Il distingue « quatre étapes » : « La maladie au départ, c’est le virus. Puis ça devient une association virus et réponse immunitaire. Ensuite, c’est essentiellement une réponse immunitaire. » À la fin, ce n’est « même plus une réponse immunitaire : les tissus sont détruits ». Et il conclut ainsi, brillamment : « L’idée de donner le même médicament pendant les quatre étapes est une fantaisie. »