Une avocate pointe des «dysfonctionnements» de la brigade des mineurs de Paris «depuis plusieurs années»

Après la publication de notre enquête révélant des dysfonctionnements institutionnels dans une affaire de soupçons de pédocriminalité dans une école maternelle parisienne, l’avocate de plusieurs familles témoigne dans « À l’air libre ». Me Marie Grimaud raconte des refus d’enregistrement de plaintes et une enquête orientée à décharge.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Brigade des mineurs de Paris : des "dysfonctionnements" "depuis plusieurs années" © Mediapart
PDF

Il y a une semaine, Mediapart publiait une enquête en deux volets (ici et ) sur de graves dysfonctionnements institutionnels qui ont émaillé une affaire de soupçons de pédocriminalité à l’école maternelle Dubois, dans le IIIe arrondissement de Paris.

Treize enfants de cette école ont été auditionnés dans une enquête pour « agression sexuelle et viol sur mineur », qui vise un animateur, lequel a été suspendu et reste présumé innocent.

« À l’air libre » reçoit maître Marie Grimaud, l’une des avocates qui représente plusieurs familles. Elle nous raconte comment elle a tout fait pour pallier ces dysfonctionnements, qu’elle dit constater dans plusieurs dossiers de pédocriminalité à Paris, « depuis plusieurs années ».

Me Sonia Ben Younès, l’une des avocates de l’animateur, n’a pas souhaité apparaître face caméra, mais elle nous a fait savoir que son client conteste fermement toutes les accusations. 

Questionnés par Mediapart, le chef de la brigade de protection des mineurs (BPM) de Paris et le parquet de Paris n’ont pas répondu à nos questions, invoquant le secret de l’instruction.


À l’air libre

À l’air libre
par À l’air libre
À l’air libre
par Caroline Coq-Chodorge
À l’air libre
par À l’air libre

À la Une de Mediapart

France — Parti pris
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Climat
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Un monde à vif
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Histoire — Enquête
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne