Chatel défend le mauvais français de Sarkozy

Par

«J'écoute, mais j'tiens pas compte»: c'est ainsi que le Président parle. François Loncle, député PS, ne supportait plus ces «formulations vulgaires». Il a posé une question écrite au ministre de l'Education. Luc Chatel a bien été obligé de répondre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Début décembre, le ministre de l'Education nationale a pris sa plus belle plume pour défendre le «niveau de français pratiqué par le Président de la République», dans une lettre un brin surréaliste, que publie Mediapart (voir sous l'onglet Prolonger).