Début décembre, le ministre de l'Education nationale a pris sa plus belle plume pour défendre le «niveau de français pratiqué par le Président de la République», dans une lettre un brin surréaliste, que publie Mediapart (voir sous l'onglet Prolonger).