Affaire Bettencourt : intox et faux-semblants

Par

Malgré une campagne de presse tonitruante, l'audience à huis clos devant la chambre de l'instruction de Bordeaux n'a pas tourné à l'avantage de Nicolas Sarkozy et d'Éric Woerth, tous deux mis en examen. La décision sera rendue le 24 septembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Accompagnées d’une forte campagne médiatique, les demandes d’annulation de la procédure déposées par plusieurs mis en examen de l’affaire Bettencourt ont été examinées mardi 2 juillet toute la journée, à huis clos, devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux.