Sous la menace du Covid-19, l’hôpital public oscille entre angoisse, dépit et colère

Par

Des médecins et des infirmiers racontent qu’ils ne sont pas prêts à voir un nouvel afflux de malades. Parce que les effectifs manquent, que de nombreux lits sont fermés, et qu’il leur est insupportable de devoir choisir entre leurs patients.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a toujours ce décalage dans la communication du gouvernement, qui brouille le message. Le ministre de la santé a rendu publiques, jeudi 1er octobre seulement, les projections du Conseil scientifique, qui date du 22 septembre.