A la «Belle Alliance populaire», atonie et manœuvres


La «Belle Alliance populaire» devait lancer en fanfare, ce samedi 3 décembre à l'occasion d'une convention nationale, les primaires du PS et de ses alliés. À la tribune, les hommages à François Hollande se sont enchaînés. Mais tout le monde pense à la suite : Manuel Valls devrait être candidat sous peu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parti socialiste avait d’abord prévu 10 000 personnes. Avant de ramener le chiffre à 5 000, puis 4 000, pour finir, samedi à Paris, avec à peine 3 000 personnes. La convention nationale de la Belle Alliance populaire, ce mouvement qui englobe le PS et quelques petits satellites, devait donner le coup d’envoi en fanfare de la primaire du PS. Mais sous le choc de la décision jeudi de François Hollande de ne pas se représenter, et alors que les candidats déjà déclarés à la primaire avaient vraisemblablement autre chose à faire, le meeting, organisé dans un centre de congrès de la Villette à Paris, a pris des airs lugubres, malgré les couleurs chatoyantes du décor et plusieurs caméras pour filmer les podiums.