« La situation devient chaque jour plus urgente » : de jeunes exilés campent devant le Conseil d’État pour réclamer leur mise à l’abri

Depuis six mois, plus de trois cents jeunes exilés vivent sous les ponts à Ivry-sur-Seine. Alors que le froid s’installe, des associations alertent sur la situation de ces adolescents qui manquent de tout. Vendredi, ils ont dressé un camp devant les grilles du Conseil d’État, à Paris, pour faire entendre leur voix.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Vendredi 2 décembre, 13 h 58. De jeunes exilés sont éparpillés par petit groupe de dix tout autour de la place du Palais-Royal, à Paris, tapis dans le froid glacial qui enveloppe la capitale. Emmitouflés sous leur capuche, le visage raviné par le manque de sommeil, ces gamins attendent un signal.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal