Vers une marchandisation accélérée du logement social

Par

Avec la loi pour l’évolution du logement (Elan), le gouvernement lance ce mercredi 4 avril une réforme d’envergure du logement social, véritable big bang qui ouvrira la voie à une plus grande place des mécanismes de marché. Les acteurs traditionnels risquent d’en sortir financièrement affaiblis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce 4 avril, le projet de loi Elan (pour Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) est présenté en conseil des ministres. On en connaît les principales dispositions, puisque le texte a déjà été soumis au Conseil d’État. Le principal objet de cette loi, c’est le logement social, déjà sous le feu des attaques gouvernementales dans la loi de finances 2018. En réalité, cette loi représente un véritable big bang, un « chamboule-tout qui, à des degrés divers, n’épargnera personne dans le secteur », comme le dit Stéphane Dauphin, directeur général de Paris Habitat, l’office HLM de la Ville de Paris.