Santé Analyse

Violences gynécologiques : les plaintes visant Chrysoula Zacharopoulou classées sans suite

Les plaintes pour viols et violences gynécologiques visant la secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou ont été classées sans suite, a-t-on appris ce mardi. Les plaignantes ont décrit des examens gynécologiques réalisés sans consentement et avec violences. Les gynécologues rejettent le terme de « viol » en cas d’examen gynécologique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’enquête préliminaire ouverte sur des accusations de viols et de violences gynécologiques visant la gynécologue Chrysoula Zacharopoulou, actuellement secrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, a été classée sans suite, a révélé ce mardi BFMTV. Le parquet de Paris a confirmé ce classement sans suite « au motif qu’aucune infraction n’était suffisamment caractérisée ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal