Dans la Marne, le manque d’enthousiasme domine

Par

Dans les territoires ruraux de la Marne, Marine Le Pen est arrivée largement en tête le 23 avril, devant François Fillon et Emmanuel Macron. Pour tous ceux qui ont vu leur candidat éliminé au soir du premier tour, le vote en faveur du candidat d’En Marche! est loin d'être une évidence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marne, envoyée spéciale.- Antoine* est encore très perplexe. « Macron change tout le temps de discours, il est d’accord avec tout le monde, glisse-t-il, en prenant le document que lui tend Nicolas Habare, créateur d’entreprise et militant En Marche!. Il a un côté versatile qui ne me plaît pas... J’ai vraiment pas foi en lui. » Cet étudiant de 21 ans a voté Benoît Hamon au premier tour de la présidentielle. Dimanche, « comme beaucoup de jeunes, de tous milieux socio-culturels, avec qui [il] discute », il glissera un bulletin Macron dans l’urne parce qu’il n’a « pas envie que Marine passe ». Mais sans aucune conviction.