Un prêtre exfiltré de Lyon à Nanterre: révélations sur la méthode Barbarin

Par Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse

En 2010, Philippe de Morand, prêtre du diocèse de Lyon, est condamné à six mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur un jeune de vingt ans. Alerté, le cardinal de Lyon n’en a jamais informé la justice, se contentant d’éloigner le prêtre vers le diocèse de Nanterre. Mediapart a pu consulter des pièces du dossier d’instruction qui révèlent une véritable méthode Barbarin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la dernière minute, Martin* vient d’être réentendu, mercredi 1er juin, par la brigade de la protection de la famille de Lyon dans le cadre de l’« affaire Barbarin ». Dans quelques jours, ce sera au tour du cardinal de Lyon de répondre à six plaintes pour « non-dénonciation » d’agressions sexuelles sur mineur de moins de 15 ans et « mise en danger de la vie d’autrui ». Une audition finale, avant les conclusions de plusieurs mois d’enquêtes de la PJ lyonnaise sur les scandales de pédophilie et d’abus sexuels dans l’Église. L’histoire de Martin, victime du père Philippe de Morand de Confignon, pourrait peser dans le dossier qui sera transmis au Parquet, probablement avant la fin du mois selon une source proche de l’enquête.