Tapie manigance pour ne pas rendre son magot

Par

La loi oblige Bernard Tapie à rendre les 404 millions d'euros de l'arbitrage s'il veut introduire un pourvoi devant la Cour de cassation. Étant incapable de rembourser cette somme, il a cherché une parade, en obtenant du tribunal de commerce de Paris le placement de ses sociétés sous sauvegarde judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est peu dire que Bernard Tapie est dans une position délicate. En le condamnant, jeudi 3 décembre, à restituer l’intégralité des sommes qu’il a indûment perçues au terme de l’arbitrage frauduleux, soit 404 millions d’euros, majorés des intérêts courant depuis 2008 (lire Tapie ruiné, la Sarkozie en danger), la cour d’appel de Paris a replacé l’homme d’affaires dans la situation financière catastrophique où il se trouvait jusqu’en 2008 : en situation de faillite. En somme, il a bien peu de chances de pouvoir rendre tout l’argent qui lui est maintenant réclamé par son adversaire, le Consortium de réalisation (CDR, la structure publique de défaisance qui a repris en 1995 les actifs pourris de l’ex-Crédit lyonnais).