La justice française s’acharne contre le militant italien Vincenzo Vecchi

Par

Deux cours d’appel, à Rennes puis à Angers, ont refusé que Vincenzo Vecchi soit remis à l’Italie où il est condamné à 12 ans et demi de prison pour avoir manifesté à Gênes en 2001. Cela n’empêche nullement le parquet de saisir à nouveau la Cour de cassation, et de construire une histoire à dormir debout. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti, et avec lui le gouvernement, veulent-ils à tout prix que Vincenzo Vecchi fasse douze ans de prison pour avoir manifesté à Gênes contre la tenue du G8 en 2001… il y a bientôt vingt ans ? C’est ce qu’il faut croire au vu de l’incompréhensible acharnement du parquet contre ce militant italien qui vit et travaille en France depuis neuf ans.