Réforme institutionnelle: des compromis sans consensus

Par

Le premier ministre a présenté, mercredi 4 avril, les principales lignes de la future réforme institutionnelle. Les semaines de négociations n’ont pas permis de déboucher sur un consensus. De LR au PS, en passant par le MoDem, chacun entend corriger le texte au Parlement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Édouard Philippe n’est pas entré dans le détail, mais il en a dit assez pour poser les bases de nouveaux bras de fer. Mercredi 4 avril, le premier ministre a présenté depuis Matignon les grandes lignes de la réforme institutionnelle voulue par Emmanuel Macron. Comme prévu, cette dernière se déclinera en trois projets de loi (ordinaire, organique et constitutionnelle), dont le contenu ne révèle aucune grande surprise quant aux points qui faisaient déjà débat.