Et soudain, Cahuzac exhuma une caisse noire du rocardisme

Par

L’ancien ministre a donné une nouvelle version de l’ouverture de son compte suisse, au premier jour de son procès. Il dit avoir tenu une caisse noire pour le courant de Michel Rocard, en 1992-1993.
> 1988-1991: la piste de la corruption

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On s’ennuie rarement avec Jérôme Cahuzac. Après avoir juré mordicus qu’il n’avait jamais eu de compte bancaire à l’étranger, puis démissionné et avoué l’exact contraire aux juges d’instruction et, pour finir, tenté de faire disparaître son procès par la magie d‘une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), voici l’ancien ministre socialiste du budget qui ressuscite subitement le regretté Michel Rocard. Ce lundi 5 septembre au tribunal de grande instance de Paris, Cahuzac a sorti de son chapeau une histoire de caisse noire. Autant de vérités successives qui sont énoncées à chaque fois avec force et une apparente conviction.