Sarkozy, Juppé, Fillon, Le Maire: les héritiers d’une droite sans surprise

Par

Au campus LR (ex-UMP) de La Baule, les quatre principaux candidats à la primaire de novembre ont mis en avant leurs différences de sensibilités. Chacun à leur façon, ils incarnent les tendances les plus classiques de la droite française. Dans leurs versions fragmentées, appauvries et désincarnées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Baule (Loire-Atlantique), envoyée spéciale.-  Un enchaînement de discours plus ou moins soporifiques. C’est à peu près tout ce qu’il restera du campus de LR (ex-UMP) qui s’est tenu à La Baule, les 3 et 4 septembre. Durant deux jours, les candidats à la primaire de novembre se sont succédé sur scène pour livrer leur vision de la France, de ce qu’elle devrait être, et du cap qu’ils entendent lui donner dès 2017. Chacun à leur tour, François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy, les quatre principaux concurrents du scrutin, ont mis en avant leurs différences de sensibilités. Sur le fond, mais surtout sur la forme.