Les mots de Macron parlent pour lui

Par

Après les « illettrées », les « fainéants » et « les gens qui ne sont rien », le président suscite la polémique en s’en prenant à ceux qui « foutent le bordel ». Malgré les exégèses de l’Élysée, ses « petites phrases » façonnent une image dont il aura du mal à se départir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À chaque nouvelle sortie polémique, la même argumentation. Emmanuel Macron « assume » ses propos, y compris lorsqu’ils ressemblent à une « forme de provocation ». Mais très vite, il regrette l’emballement médiatique, le fait qu’on oublie le contexte dans lequel ils ont été formulés et les interprétations forcément réductrices de sa « pensée complexe ». La phrase qu’il a prononcée, mercredi 4 octobre, lors de son déplacement à Égletons (Corrèze) pour présenter la future réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance-chômage, n’a pas dérogé à la règle.