Les gauches toujours dans le piège de la Ve République

Par

De la France insoumise au PS, plus personne ne veut d’une Ve République jugée à bout de souffle. Mais il reste à résoudre cet insoluble paradoxe : pour espérer changer les institutions, il faut d’abord conquérir le pouvoir, et donc s’y conformer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un État propulsé dans une grave crise institutionnelle depuis le scandale Benalla, des démissions en série au gouvernement, une majorité parlementaire étouffée, un chef de l’État plus isolé que jamais : Jean-Luc Mélenchon n’aurait pu rêver période plus propice pour fêter le 60e anniversaire de la Cinquième République… et lui promettre un enterrement de première classe.