Patrick Devedjian, ministre du placard?

Par
On l'attendait à la justice ou à l'immigration, voici Patrick Devedjian «ministre chargé de la mise en œuvre du plan de relance», un portefeuille créé officiellement pour remédier à la crise et plus vraisemblablement pour offrir une porte de sortie par le haut au secrétaire général de l'UMP – qui devrait être remplacé à la tête du parti majoritaire par Brice Hortefeux. Vrai ministère ou placard doré, de quelle marge de manœuvre dispose le nouveau ministre?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Vous le voyez, il n’y a qu’une chaise, ironise le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, en arrivant seul au point presse organisé, vendredi 5 décembre, au siège du parti majoritaire. Patrick Devedjian est à Matignon, avec François Fillon. L’Elysée a confirmé qu’il avait été nommé ministre de la relance économique.»
Vendredi, en début d’après-midi, un communiqué de l’Elysée est venu appuyer des informations issues de l’entourage du secrétaire général de l’UMP. Pour ce poste de «ministre chargé de la mise en œuvre du plan de relance», le secrétaire général aurait été préféré à Luc Chatel, porte-parole du gouvernement et secrétaire d'Etat chargé de l'industrie et de la consommation, ainsi qu’à Eric Woerth, ministre du budget. Mais cette nomination est surtout le fruit d'intenses semaines de négociation entre l’Elysée et Patrick Devedjian, dont le départ de la tête de l'UMP ne faisait plus mystère (lire nos articles du 15 novembre et du 3 décembre).
Dans les Hauts-de-Seine, le nouveau ministre – et patron du département – a aussitôt offert le champagne aux conseillers généraux pour fêter la nouvelle. Pourtant, bien malin celui capable de dire ce que recouvre ce beau maroquin. Quels sont les contours de ce ministère sorti du chapeau? Quelle sera la marge de manœuvre de Patrick Devedjian? Avec quels moyens mettra-t-il ce plan à exécution? On ne sait même pas où seront logés ses services.