A Dakar, filmer le legs d’Omar Blondin Diop, «suicidé» dans une prison de Gorée

Par

Alors que la jeunesse sénégalaise manifeste, le Belge Vincent Meessen a présenté à la Berlinale un film spectral autour d’une figure des gauches à Paris et Dakar, acteur chez Godard retrouvé mort en prison en 1973. « Un film sur la survie d’Omar, plus qu’une enquête sur sa mort ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les familiers du travail du plasticien belge Vincent Meessen se souviennent peut-être d’un portrait saisissant qu’il avait fait accrocher, au détour d’expositions qui lui étaient consacrées, à Bruxelles (Wiels, 2016) et à Paris (Beaubourg, 2018). Le tableau sur fond vert, peint par l’artiste sénégalais Issa Samb dans les années 1970, s’inspire d’une photographie fétiche pour les gauches sénégalaises, montrant Omar Blondin Diop, une cigarette à la main, plongé dans la lecture d’une revue, L’Internationale situationniste.