L'équipe du président : des fidèles mais aussi quelques nouveaux

Durant la campagne, François Hollande a gardé la même méthode : une équipe pléthorique, des cercles étanches de conseillers et un noyau de fidèles. A la fin, c’est lui qui a tranché. Et aujourd'hui, de nouveaux visages peuvent prétendre aux plus hauts postes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse, c’est une tradition : depuis Mitterrand, le PS y fait son dernier grand meeting avant le second tour. François Hollande, qui adore les symboles, n’y a pas dérogé. Pour l’occasion, jeudi, le ban et l’arrière-ban socialiste avaient fait le déplacement. Tout comme une dizaine de dirigeants d’Europe Ecologie-Les Verts, l’ancien communiste Robert Hue, Jean-Pierre Chevènement ou le président des Radicaux de gauche, Jean-Michel Baylet. « Tout le monde est là... Il n’en manque pas un », sourit avec ironie un membre de l’équipe.