L’argent honteux au centre du procès Balkany

Par

L’examen du financement du riad marocain des époux Balkany par le tribunal correctionnel met à jour le savoir-faire intéressé des protagonistes et des intermédiaires qui gravitent dans les affaires de corruption et de blanchiment.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques adages populaires flottent insidieusement, ce mercredi, dans l'air (plutôt frisquet) de la salle d'audience du nouveau tribunal de Paris. L'argent n'a pas d'odeur. L'argent rend fou. L'argent ne fait pas le bonheur. Plaie d'argent n'est pas mortelle…