Colmar espère sortir du cercle des touristes disparus

Par

La ville alsacienne avait l’habitude d’accueillir 3,5 millions de touristes par an. Tout s’est arrêté avec le coronavirus. Hôteliers, stars de la gastronomie ou commerçants de quartier attendent le redémarrage. Les villages alentour espèrent tirer leur épingle du jeu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Colmar (Haut-Rhin) et ses environs, de notre envoyé spécial.– C’était il y a trois mois tout juste. Autant dire un siècle. Dans les premiers jours de mars, Gilbert Meyer, inoxydable maire (LR) de Colmar, 78 ans et en campagne pour son cinquième mandat consécutif, rencontrait les commerçants du centre-ville. La préfecture du Haut-Rhin, qu’il administre depuis 1995, venait de remporter le prix « European best destination », plébiscitée par presque 180 000 internautes, devant Athènes et Tbilissi.